• Ce n'est pas qu'un jeu!

    Il n'est pas rare de voir des chats se retrouver bloqués en haut d'un arbre, totalement incapables d'en redescendre. Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat, vous explique pourquoi.

    Une fois n’est pas coutume, pour répondre à cette question je vais m’appuyer sur une illustration, enfin plus exactement 3.

    Les pattes antérieures et postérieures du chat ne sont pas du tout identiques, et c’est cette différence flagrante qui va nous aider à comprendre pourquoi Félix n’arrive pas à descendre du platane dans lequel il va chasser régulièrement.

    Pourquoi le chat perché est-il coincé ? 

     

    Comme vous pouvez le constater, la patte avant est conçue de façon à être très mobile, elle sert de gouvernail au chat, elle lui permet d’amorcer un virage par exemple, elle n’est pas très puissante en matière de force, plus dans la finesse et l’articulation.

     

    La patte arrière, elle, est plus forte, les os sont plus courts, plus solides, ils servent de ressort pour aider le chat à bondir, à grimper ou à courir. Cette patte postérieure est moins mobile, mais beaucoup plus puissante. En marche arrière la capacité de manœuvre du chat est donc limitée 

    Si le chat se retourne pour descendre, il aura plus de facilités, mais le poids de son corps l’entraînerait dans une chute. Et dans ce cas, il lui faudra sortir toutes ses griffes afin de les utiliser comme des crampons (et il n’est pas rare qu’un chat dans sa tentative de descente se coince une griffe justement). S’il recule, cette patte peu mobile ne pouvant faire office de gouvernail s’avère handicapante. Voilà le dilemme de Félix dan son arbre préféré. 

     

     

    On constate aussi avec la 3ème illustration, que la griffe du chat, pour servir de crampon, ne peut être utilisée en reculant, et ceci pour une question évidente de positionnement de la patte sur le tronc. Il devient très compliqué dans ses conditions de compenser le manque de mobilité par un crampon en marche arrière, et des effets de l’apesanteur en marche avant, bien que la griffe puisse être utilisée, le poids du chat pourrait l’arracher. 

    Comment descendre ? Quelle méthode sera la moins risquée ? En avant ? En arrière ? Il n’en faut pas davantage à Félix pour ne plus bouger et attendre qu’on lui vienne en aide. 

     

    Ce qui n’empêchera pas qu’il y retourne dans quelques jours, le chat est un petit félin très têtu et sa passion de l’escalade l’emporte sur la raison. Mais son agilité légendaire a des limites anatomiques ! 

    Marie-Hélène Bonnet
    Comportementaliste du chat 

    Ce n'est pas qu'un jeu!

    « Pianiste insoliteChat vous plait ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :