• Hemingway

    les 54 chats polydactiles (à six doigts) d'Hemingway sont sains et saufs

    après le passage de l'ouragan Irma.

     

     

    Avec des vents à plus de 200km/h, la déferlante de l'ouragan Irma a «dévasté» l'archipel des Keys, à la pointe sud de la Floride. Mais, soulagement aux États-Unis, les chats d'Ernest Hemingway, connus pour avoir six doigts, ont survécu sans accroc. 

    Ni les ordres d'évacuation, les prévisions alarmistes ou les appels pressants de la petite-fille de l'illustre écrivain américain, n'y ont rien fait: les gardiens de la maison d'Ernest Hemingway sur l'île de Key West ont préféré rester enfermés avec les 54 descendants de son chat à six doigts pendant que l'ouragan balayait cette basse langue de terre particulièrement vulnérable aux éléments, convaincus que la solide bâtisse historique résisterait. 

    «Nous les avons pris dans la forteresse avec nous», a expliqué le commissaire des expositions de cette résidence-musée, Dave Gonzales, sur la chaîne NBC, en référence à la maison de type coloniale, construite en 1851 en épaisses briques. 

    «Dix employés sont restés ici sur place. (...) Les chats sont habitués à nos voix et à nos soins, on est bien avec eux, ils sont bien avec nous. On les aime, ils nous aiment. Nous sommes tous restés ensemble la nuit dernière», a-t-il confié dimanche soir. 

    L'inquiétude était montée à l'approche de l'ouragan, lorsque malgré l'ordre d'évacuation lancé par les autorités, les responsables de la maison-musée avaient annoncé leur décision de rester. «Sauvez les chats, mettez tous les chats dans une voiture mais partez», avait exhorté Mariel Hemingway, la petite-fille de l'écrivain.  

    Mais, se sentant responsable de la protection des lieux, des employés ne pouvant pas partir faute de voiture, et des fameux félins, la directrice de la maison-musée Jacque Sands a préféré rester. Les occupants ont renforcé les fenêtres de la résidence bordée d'une végétation luxuriante où le prix Nobel de littérature s'est installé en 1931, puis ont attendu l'ouragan. 

    «Les chats ont semblé remarquer que la tempête arrivait plus tôt, et d'ailleurs quand on a commencé à rassembler les chats pour les amener à l'intérieur, certains ont couru vers l'intérieur, sachant qu'il était temps de se mettre aux abris», a raconté Dave Gonzales. «Parfois, je pense qu'ils sont plus intelligents que les humains.» 

    Ces chats seraient les descendants d'un félin blanc à six doigts, offert par un capitaine de navire à Ernest Hemingway et nommé «Blanche Neige», selon son musée.

    Environ la moitié des chats du musée ont six doigts, au lieu de cinq à l'avant et quatre à l'arrière, d'après ses responsables, mais tous portent le gène de cette malformation. 

    Hemingway

    Hemingway

     

    « Dans les clousL'âme de la maison »

  • Commentaires

    1
    Marie.claude
    Mercredi 13 Septembre à 14:53

    Ces chats heureux, (sans race, "passe-partout") protégés et gâtés doivent leur bien-être grâce à leur différence, une anomalie qu'ils ont conservé depuis des générations. Il faut dire d'abord qu'ils ont une descendance prestigieuse. La propriété est solidement bâtie, et bien à l'abri des intempéries. Récit intéressant à lire.

    2
    Le petit cheix
    Vendredi 15 Septembre à 15:52

    Ces chats sont merveilleux merci de tout ce reportage .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :