• La lune

    La lune

    Dans la nuit qu'elle argente avec son regard blanc,

    Faisant hurler les chiens et chanter les poètes,

    La lune pend, légère, ainsi qu'un cerf-volant.

     

    Au milieu des tuyaux longs et des girouettes

    Qui dentellent les toits blancs de leur profil noir,

    Chagrine, elle poursuit les chattes inquiètes,

     

    En guettant les matous lascifs qui vont s'asseoir

    Au bord de la gouttière, elle monte la garde

    Devant ces diamants, les étoiles du soir.

     

    Voici l'astre aux blancheurs métalliques qui farde

    De craie, au fond du ciel, son masque glacial,

    La Lune pâle et ronde, attirante et blafarde,

    Comme un suave écu de cent sous idéal.

     

    Louis Denise

     

     

     

    « Etoile & toiles Un être de compassion »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :