•  

    100 CHATS QUI ONT FAIT L'HISTOIRE

     

     

    Cet ouvrage est consacré aussi bien à des chats en particulier, compagnons de figures historiques, qu'à des chats ayant eu une importance dans une société ou un groupe dans son ensemble. Il aborde ainsi les chats de Napoléon, les chats égyptiens, les chats de Colbert et ceux des Templiers.

    Voici quelques faits historiques évoqués dans ce livre :

     

    1) En Egypte, les chats faisaient l’objet d’un culte particulier… 

    Les chats auraient été apprivoisés en Égypte il y a plus de 5000 ans. Les Égyptiens vouaient aux chats un véritable culte. Ainsi, à leur mort, ils bénéficiaient d’un rituel particulier durant lequel ils étaient embaumés dans des maisons sacrées puis enterrés dans des nécropoles dédiées, comme à Bubastis ville sanctuaire de la déesse Bastet* ou dans le tombeau de la famille à laquelle ils appartenaient. 

    2) … Tandis qu’au Moyen Âge, ils étaient perçus

    comme des animaux vils voire maudits

    Au Moyen Âge, on faisait commerce des peaux de chats sauvages, des fourrures "viles" qui assuraient une bonne protection contre le froid. En cas de famine, ils étaient parfois consommés à table, mais le pire était probablement ce qu’on appelait le "mercredi des chats" à Ypres en Flandres inauguré en 962 par Baudouin III.

    Ypres était une ville drapière, or le drap attirait les souris qui s'y plaisaient et y nichaient. Afin de résoudre ce problème, les habitants d'Ypres décidèrent de lâcher des chats affamés dans la Halle aux draps. Au début, tout se passa bien. Les chats mangèrent les souris et le drap fut sauvé. Mais bien vite, Ypres fut bientôt submergée par les chats. Les habitants ne trouvèrent rien de mieux que de jeter les animaux du haut de la tour de la Halle aux draps afin de s'en débarrasser. Plus généralement, c’est un peu partout en Europe qu’on torturait les chats lors des fêtes populaires probablement en raison de l’association des félins avec la magie et les forces du mal.

     

     

    3) Dès le XVème siècle, la présence des chats à bord était requise 

    Les chats étaient présents à bord des navires depuis des siècles avec pour principale mission d’exterminer les rats qui hantaient les cales et dès le XVème siècle les compagnies d’assurance génoises refusèrent de rembourser les dégâts causés par les rongeurs s’il n’y avait pas de chats à bord. Leur présence sur les navires fut officialisée par Colbert (1619-1683) le ministre de Louis XV, qui fit cette déclaration : "Ce navire est en état de naviguer : il y a deux chats à bord." 

    4) Ils permirent d'enrayer la peste durant la campagne d’Égypte de Bonaparte 

    En mai 1798, 38 000 soldats se lancèrent sous les ordres du général dans une triple conquête militaire, politique et scientifique avec pour destination Alexandrie. Mais l’armée Napoléonienne fut freinée puis carrément stoppée par une épidémie de peste. Heureusement, les chats qui faisaient partie du voyage furent mit à contribution pour stopper l’invasion des rats et sauver les hommes des infections. 

     

    5) Les chats ont joué un rôle durant la Première Guerre mondiale 

    Dans l’armée britannique, plus de 100 000 chats ont gardé les stocks alimentaires – en raison de leur talent de chasseurs de rongeurs – ou ont été utilisés pour détecter les gaz ennemis. 

     

    JULES CESAR 

    6) Ces hommes célèbres étaient félinophobes… 

    L’ailurophobie qui vient du grec ancien ailouros, "chat" et phobos "peur", désigne une peur excessive et irraisonnée des chats. On parle aussi d’élurophobie, de gatophobie ou de félinophobie. Cette phobie est relativement rare et pourtant de nombreux grands de ce monde en était atteints : Jules César s’évanouissait à la simple vue d’un chat, Henri III (1551-1589) ne pouvait rester seul dans une chambre avec un chat et Elisabeth Ier d’Angleterre les accusait d’illustrer l’hérésie catholique et ordonnait qu’on les brûle. Bonaparte, Eisenhower ou encore Hitler ne portaient pas non plus les chats dans leurs cœurs. 

     

    7) En Asie, ils seraient le gardien de l’esprit disparu 

    Dans certains pays d’Asie, les adeptes de la réincarnation croient que l’esprit du disparu s’introduit dans le chat de la maison. Ainsi, lorsque Sir Robert Grant, gouverneur de Bombay, rendit l’âme en 1838, les sentinelles du palais saluaient tous les chats qui passaient le seuil de la maison ne sachant pas lequel parmi eux était désormais le gouverneur. 

     

    WINSTON CHURCHILL 

    8) De nombreux présidents et hommes politiques

    ne se séparaient pas de leur(s) chat(s) 

    Le pape Léon XIII promenait un peu partout avec lui "Micetto" (petit chat) caché dans un pan de sa robe, Abraham Lincoln (1809-1865) introduisit pour la première fois un chat à la Maison Blanche. Ce dernier, nommé "Tabby", avait même sa place à la table présidentielle, installé sur un siège et nourri avec une fourchette en or par son maître. "Prudence", une belle persane bleue, faisait la fierté de Georges Clemenceau (1841-1929) et Raymond Poincarré (1860-1934) admirait son "Grigri". Winston Churchill (1874-1965) était également un vrai félinophile. 

     

     

    9) Les chats sont extralucides, météorologistes

    et dotés d’un sens de l’orientation extrême

    Les chats sont extralucides, c’est-à-dire hyper sensibles à l’environnement : odeurs, bruits, températures… Ainsi, en 1976, leur sensibilité les avait mis en garde de l’imminence d’un séisme ce qui leur permit d’échapper au tremblement de terre au Frioul en Italie.

    De même par ses attitudes le chat nous prédirait le temps à venir : il passe en revue les points chauds de la maison ? Comprenez qu’il va faire plus froid dans les heures à venir. Il passe la patte derrière son oreille ? Cela signifie qu'il va pleuvoir dans l’heure.

    Enfin, les chats sont particulièrement doués pour retrouver leur chemin ou pour rejoindre leur maître dont ils auraient été séparés qu’ils soient guidés par leur instinct ou par une excellente mémoire visuelle et/ou olfactive.

     

    10) Au musée de l’Ermitage, des chats "collaborateurs" sont au service de l’art 

    Environ 60 chats de toutes races montent la garde dans les sous-sols et les greniers du Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Ces chats "de garde" possèdent chacun un passeport avec leur photo et appartiennent désormais à la légende du lieu qui ne peut plus se passer de ces "collaborateurs". 

    *Bastet était une déesse représentée sous la forme d’une chatte ou parfois d’une femme à tête de chat. Déesse de la maison et de l’accouchement, elle était  à l’origine une déesse guerrière. 

    Dorica Lucaci : Les 100 chats qui ont fait l'histoire (Editions de l'Opportun) 

     


    1 commentaire
  •  

    Parapluies à motifs artistiques imaginés 

    par l'artiste Rosina Wachtmeister :

    Parapluie Automatique Femme mode design motif-d'art motif de chat Rosina Wachtmeister

    En vente sur Amazon :  https://www.amazon.fr/LILIENFELD-Parapluie-Automatique-motif-dart-Wachtmeister/dp/B00N1WG0ZI 

    https://www.amazon.fr/LILIENFELD-Automatique-Motif-floral-Motif-animal-Wachtmeister/dp/B00CECW7OE/ref=pd_sbs_198_1?_encoding=UTF8&psc=1&refRID=MCQ02QD77GAYA7NGVGBA 

    https://www.amazon.fr/LILIENFELD-Parapluie-automatique-Rosina-Wachtmeister/dp/B00N1W4YG0/ref=pd_sbs_198_4?_encoding=UTF8&psc=1&refRID=SWWM1N8000DEAWE5TVTN 

     

     

    MAIS IL N A PAS PLU AUJOURD HUI AVEC LE MAUVAIS TEMPS ANNONCE


    votre commentaire
  •  

    Je suis pour l’augmentation du goût de la vie.

    Jacques Dutronc


    votre commentaire
  •  

    Tes yeux 

     

    Tes yeux verts,
    Transparents
    Ont les reflets d’un aimant.
    Pierres rares
    Aux couleurs d’émeraude
    Brillant dans l’aube.
    Yeux de serpent
    Quand même aimants,
    Fendus, à peine une trace
    Toute petite place
    Ou ronds
    Comme deux boutons !
     

    Tu me regardes
    Et tu me parles
    Avec leurs reflets.
    Toi, Majesté !
    Le chat aux secrets !
     

     

    Mireille Gaglio 

    Si bien inspirée


    1 commentaire
  •  

    Chanson du chat gris

     

    Heure très belle et très fine

    Où le soleil non pareil

    Qui décline

    Promène sur le mur de longues tresses d’or !

    Ok regarde ! sur le gazon

    Devant la maison.

     

    Le chat gris à la queue rayée,

    Qui, charmant tigre domestique,

    Lève une patte

    Délicate

    Et joue avec un moustique.

     

    Louis Codet

     


    2 commentaires
  • Année de cerises rouges met le rire sur toutes les bouches.

     


    1 commentaire

  • votre commentaire
  •  

    " Le chat et le soleil " de Maurice Carême

     

    Le chat ouvrit les yeux,
    Le soleil y entra.
    Le chat ferma les yeux,
    Le soleil y resta.

    Voilà pourquoi, le soir,
    Quand le chat se réveille,
    J’aperçois dans le noir
    Deux morceaux de soleil.

    Maurice Carême

    Le chat et le soleil

     

    Rosina Wachtmeister

     

     

     


    votre commentaire
  • Le chat féral

    Abandonner un animal n’est jamais sans conséquence, nous le savons.

    Et si la plupart des chiens abandonnés sont récupérés en refuges,

    la vérité est souvent toute autre pour les chats...

     

    Certains chats préfèrent rester libres et fuir l’humain.

    Il y a aussi les chats qui se sont échappés et ceux qui se sont perdus. Tous ces petits félins qui ne se laissent pas approcher par peur, ont alors fini par former une nouvelle catégorie de chats : les chats férals*. 

     

    Mais, c’est quoi un chat féral exactement ? C’est un chat qui après domestication est revenu à la vie « sauvage » ou du moins sans dépendance à l’humain. Ce chat peut être un chat abandonné, mais cela peut aussi être un chat dont plusieurs générations de ses ancêtres ont vécu de cette façon. On a tous vu un chat, ou un groupe de chats, qui refusaient d’être approchés, et ce malgré le froid, la faim ou la maladie. Il faut les piéger avec des cages/trappes pour les soigner et s’ils se retrouvent entre 4 murs ils deviennent parfois très agressifs. De plus en plus d’associations prennent en compte cette catégorie de chats, pas ou difficilement adoptables. Souvent, après soins et stérilisation, elles les relâchent donc dans une zone où des bénévoles viennent les nourrir et vérifier qu’ils vont bien, sans tenter de les attraper. 

     

     

    Le chat féral, un être marqué par la cruauté

    Un très jeune chaton issu de ces communautés peut être re-sociabilisé et vivre une vie paisible au chaud et à l’abri de la faim, mais faut il réussir à l’attraper. Les chats férals préfèrent vivre libres, chasser ou récupérer des restes dans des poubelles voire, dans des points d’alimentation spécifiquement mis en place par des bénévoles ou des amoureux des chats.

    Ce sont leurs anges gardiens qui prennent soin d’eux sans pour autant tenter de changer leur nature et la liberté retrouvée.

    Généralement le 1er chat féral d’une famille a de mauvais souvenirs de l’humain, que ce soit l’abandon, la maltraitance qui a causé sa fuite, ou simplement les gens qui l'ont chassé quand il cherchait refuge auprès de ceux qui étaient une référence de gentillesse.

    Il transmet alors ses craintes à ses petits qui deviennent aussi méfiants que la mère, et qui reproduiront cette éducation à leurs propres petits, même si aucun humain ne leur a jamais fait de mal. Paradoxalement, ils accorderont leur confiance à un humain qui va les nourrir sans chercher à les toucher, et se laisseront plus facilement approcher s’ils sont malades par cette personne. 

     

    Pas nécessairement un problème de socialisation

    J’aborde aujourd’hui ce sujet parce que j’ai reçu plusieurs appels à l’aide de personnes ayant adoptées des chats férals, avec tous les problèmes d’agressivité de stress et de destructions que cela implique. On trouve un chat malade, on le fait soigner et on lui offre un toit, mais une fois remis sur pattes il tourne comme un lion en cage et finit par devenir agressif. On récupère un chaton sur un site d’annonces gratuites, et finalement le chaton reste prostré pendant des jours, refuse de s’alimenter, crache feule et griffe les adoptants qui ne comprennent pas. Quand on a eu, ou a encore, des chats domestiques avec lesquels les câlins, les ronrons et l’affection se manifestent au quotidien et qu’on se retrouve face à un tel chat, on se remet en question, alors qu’en fait, cela n’a rien à voir avec votre façon de procéder !  Certaines associations tentent de les placer par défaut d’informations, pensant qu’ils manquent juste un peu de socialisation et que cela passera avec le temps… ce qui n’est pas toujours vrai !

    Marie-Hélène Bonnet
    Comportementaliste du chat.

     

     


    votre commentaire