•  

    Encore un peu de patience V A L O U


    votre commentaire
  • ASTROCHAT - LE CHAT BELIER 

    21 mars - 21 avril 

     

     

     

    Voici un maître chat qui a toutes les qualités d’un chef, d’un leader. Il a le sens inné du commandement et se fait très bien à l’idée d’être le chef de bande des chats de votre quartier. Vous avez certainement dû d’ailleurs soigner quelques blessures lors de sa « prise de pouvoir ».

    Il est très courageux, excessivement dynamique, énergique, audacieux et aventureux. Si vous aviez pensé en faire un chat de salon calme, ronronnant et sommeillant toute la journée, vous vous êtes trompé ! D’autant plus qu’il a quelques difficultés à obéir malgré son côté franc et carré.

    N’essayez pas de l’empêcher de sortir : vous découvririez que cela s’avère impossible ou pour le moins très pénible tant pour vous que pour lui. Il a absolument besoin de mouvement et d’action pour être heureux. Il est très impulsif et peut assez facilement se mettre en colère si on l’embête. Attention à ses griffes : il est très rapide pour « dégainer ».

    Si vous avez des enfants, il vous faut leur apprendre à reconnaître rapidement les symptômes de son énervement. Les autres animaux, quant à eux, sauront très vite l’éviter dans ces moments-là. Si vous en avez chez vous, ils conviendront d’un pacte de non-agression dans des territoires définis par votre adorable matou.

    En revanche, vous devrez particulièrement veiller à ce qu’il ne s’attaque pas à plus gros que lui : son courage étant très grand et ses instincts combatifs importants, il aura l’impression de ne pas être en danger, même en face d’un énorme chien qu’il ne connaît pas. Très indépendant, il aime bien les changements et verra d’un très bon oeil les week-ends à la campagne, là où se trouvent d’autres choses à découvrir, d’autres animaux à pourchasser ou à dominer.

    Il a une intelligence très vive et vous n’aurez pas à répéter dix fois la même chose pour qu’il comprenne sauf, bien sûr, s’il a décidé que ce que vous voulez ou attendez de lui ne lui convient pas : alors là… Ses sentiments sont très passionnés et il est très démonstratif dans ses marques d’affection, tant à votre égard qu’à l’égard des petites chattes qui retiennent son attention. Il a d’ailleurs une préférence pour les petites chattes abandonnées ou malheureuses.

    En revanche, même s’il tient réellement beaucoup à vous, il ne faut pas lui demander de passer des heures à ronronner dans vos bras : ce n’est pas son style. Il préférera vous donner de grands coups de tête affectueux et vite repartir chercher un « trophée » qu’il déposera à vos pieds.

    Sa qualité principale :

    Le courage

     


    1 commentaire
  • Les fascinantes vocalises des baleines boréales

    « Si le chant des baleines à bosse est comme la musique classique, celui des baleines boréales, c’est du jazz ». C’est l’analyse de Kate Stanford, océanographe de l’université du Washington, qui a mené cette étude pendant près de cinq ans. Soutenue par des scientifiques norvégiens, elle a plongé ses micros sous-marins sur la rive ouest du Groenland, et les a laissés tourner pendant cinq saisons. À l’aide de spectrogrammes – des images reproduisant les fréquences et intensités sonores – elle a ensuite analysé en détail trois années de vocalises. À ce jour, elle a répertorié 184 chants différents.

     

     

     


    votre commentaire
  • V A L O U

    9 bienfaits surprenants du kiwi

    Le kiwi est fortement recommandé pour les régimes minceur, car il nous apporte une sensation de satiété, laquelle favorise la perte de poids, car il possède plus de 80 % d'eau.

          Il s’agit d’un petit fruit, connu pour sa couleur marron et ses petits poils extérieurs, ainsi que pour la belle couleur verte de sa chair.

     Il est originaire d’une vallée située en Chine, puis fut importé en Nouvelle-Zélande, pays qui produit actuellement la majeure partie de la production mondiale.

     Il est appelé « kiwi » en référence à sa ressemblance avec l’oiseau homonyme, très populaire en Océanie.

    C’est un fruit plus que délicieux, dont la saveur se combine parfaitement à celles de la banane, de la fraise et de l’ananas.

     Découvrez tous les bienfaits du kiwi dans cet article.

     

    Source d’antioxydants et de vitamine C

     Ce sont les deux nutriments principaux du kiwi. Dans le cas de la vitamine C, il en contient 98 mg pour 100 g de fruit, ce qui le place devant les oranges et les citrons au rang des végétaux les plus riches en cette substance (près du double).

    Il est seulement dépassé par les goyaves et les groseilles dans ce domaine. Un kiwi vous apporte plus de 80% de vos besoins journaliers en vitamine C.

    Il est conseillé d’en consommer le matin, au petit-déjeuner.

     Parmi les propriétés de cette vitamine, on distingue sa capacité à renforcer le système immunitaire, son pouvoir contre l’hypertension, le cancer ou encore les allergies et les rhumes.

    La vitamine C est un puissant antioxydant, dont la capacité à neutraliser les radicaux libres fait du kiwi un aliment luttant contre les dommages corporels de toute nature, surtout ceux liés au vieillissement.

     Manger ce fruit permet de maintenir ses cellules plus jeunes, et de conserver son corps en excellente santé.

     Il est conseillé spécialement pour les personnes fumeuses, celles qui boivent beaucoup d’alcool, qui souffrent de diabète ou d’allergie, pour les femmes enceintes, les personnes âgées, les patients atteints d’une fracture osseuse ou d’une rupture des ligaments, les femmes ménopausées, les personnes souffrant de problèmes de vue comme la cataracte, et enfin ceux qui souffrent de maladies immunodéficientes comme le SIDA, ou l’herpès.


    votre commentaire
  • V A L O U


    votre commentaire
  • Pourquoi il est cruel d’avoir un poisson rouge dans un bocal

     

    Née sous le signe des Poissons

     

    Je vois "rouge"

    Un poisson rouge est bien un animal sensible, que la nature n’a malheureusement pas doté de faculté d’expression,

     même la plus sommaire, et que le détenir dans un bocal revient à le tuer lentement !!!

     

    Le poisson rouge, d’origine chinoise fait l’objet d’une méconnaissance la plus totale dans notre société occidentale. C'est un poisson de bassin dont la taille adulte se situe aux alentours d'une vingtaine de centimètres. Oui, vous avez bien lu, une vingtaine. Dans les bocaux ronds – et donc, dans les petits aquariums rectangulaires de 20 à 30 litres – un poisson rouge est littéralement enfermé dans une boîte, ce qui empêche sa croissance. "Il s’opère alors un mécanisme de nanification forcée, qui engendre douleurs et malformations chez le poisson", explique Annie Roi, présidente de l’Association française du poisson rouge.

     

    Autre problème spécifique aux bocaux : pour s’orienter, le poisson rouge, qui a une très mauvaise vue, suit une ligne latérale, parallèle à son abdomen. Dans un récipient rond, il perd ainsi tous ses repères. "L’effet loupe est un vrai désastre pour lui : il va capter tous les mouvements extérieurs et les vibrations qui rebondissent sur la paroi, le plongeant dans un état de stress permanent. Ses défenses immunitaires vont ainsi se retrouver bloquées, et il va développer toutes sortes de maladies contre lesquelles son organisme ne pourra lutter."

    Enfin – et c’est sans doute ce qui contribue le plus à la mort rapide ou, malheureusement, parfois très lente de nos poissons –, un bocal rond ne peut accueillir de filtre. Pourtant, l’installation d’un filtre électrique est capitale dans n’importe quel aquarium. "Sans filtre, il s’asphyxie dans sa propre pollution, créée par ses déjections, sa nourriture stagnante", poursuit Annie Roi. "Ce qu’il se passe pour lui dans son bocal non-filtré, c’est à peu près la même chose que si l’on nous enfermait dans une pièce de 5 m² sans aération avec des pots d’échappement qui crachent en continu."

     

    Eau du robinet, décorations en plastique, nourriture non-dosée : de vrais dangers

    Ensuite, il est urgent de mettre à la poubelle les éléments de décoration suivants, qui empoisonnent également lentement votre poisson : les billes en verre (ou billes chinoises), qui n’ont aucune utilité et vont accélérer le processus de pollution de l’eau ; toute pièce en plastique, qu’il s’agisse de figurines ou de plantes artificielles, qui sont dans la grande majorité des cas bourrées de colorants.

    "En revanche, il est très important de tapisser le fond de l’aquarium avec un sol léger, de type substrat naturel, qui offre une filtration biologique supplémentaire à l’aquarium et va rappeler au poisson son habitat", conseille Annie Roi. "Par ailleurs, il faut savoir que les poissons rouges sont des animaux très timides, qui ont besoin de cachettes pour s’isoler et se rassurer. Pour cela, l’idéal reste les vraies plantes, dans lesquelles ils pourront se fondre."

    Autre danger, la nourriture stagnante, extrêmement polluante elle aussi. Il est donc important de ne pas trop nourrir son poisson, sous peine de voir l'aquarium souillé en permanence par les paillettes alimentaires. 

    Dernier point essentiel : l’eau. Attention, c’est ici que les choses se corsent. Le poisson rouge est un petit être vivant dont la température corporelle ne s’autorégule pas. Ainsi, lorsqu’il nage dans une eau à 20 °C, sa température est à peu près équivalente. Idem lorsqu’il évolue dans une eau à… 0 °C. "Lorsqu’on remplit directement le bocal au robinet, et qu’on remet immédiatement son poisson dedans, ce dernier subit un véritable choc thermique. Il mettra des jours avant de se réchauffer."

    Alors comment fait-on ? On tente dans la mesure du possible de préparer son eau à l’avance, en la laissant une journée ou deux dans une bassine pour qu’elle s’évapore de son chlore et atteigne la température ambiante. Renouveler l’opération une fois par semaine suffit. "Dans le cas où on n’a pas encore de poisson mais où l’on s’apprête à en accueillir un, il faudrait théoriquement laisser tourner l’aquarium à vide, avec son filtre, ses plantes et son substrat, durant un mois avant son arrivée. Ça demande de l’organisation, mais au moins, il arrivera dans un habitat accueillant", préconise Annie Roi.

     

     

    En bref, le poisson rouge est tout sauf un poisson pour débutants

    Le poisson rouge n’est donc pas un poisson d’aquarium, mais de bassin extérieur. Il pollue beaucoup, a besoin d’espace pour s’épanouir, mais aussi de congénères. Si l’on tient à tout prix à s’offrir un poisson d’appartement, il vaudra mieux se tourner vers les poissons combattants, solitaires, plus petits, et supportant mieux l’aquarium. Malgré tout, comme tout animal, il demandera un minimum de soins, semblables à ceux explicités dans cet article.

    "L’aquariophilie, c’est de la biologie. En réalité, il est plus simple de s’occuper d’un chien ou d’un chat que d’un poisson rouge", conclut Annie Roi.

     


    votre commentaire
  • L'Eucalyptus Deglupta, l’arbre arc-en-ciel

    Arc-en-Ciel, Eucalyptus Deglupta arbore de manière tout à fait naturelle de jolies couleurs…

     

    Ces nuances colorées sont dues au fait que le Deglupta perd en permanence son écorce. Celle-ci se détache pour créer des motifs qui changent de couleur avec le temps, d'abord d'un vert pâle, elle commence par foncer avant de devenir bleue, violette puis orange et enfin marron ce qui explique le nom vernaculaire de l'arbre.

     

    Cette surprenante espèce peut atteindre une taille de 75 mètres de haut et ses fleurs sont blanches. L'eucalyptus préfère les zones tropicales et humides pour se développer, il a donc été introduit dans plusieurs régions du monde car il est prisé pour la fabrication de la pâte à papier. Les eucalyptus Arc-en-ciel sont originaires de l'île de Mindanao aux Philippines, on les retrouve également à Hawaï mais aussi en Polynésie française et en Papouasie Nouvelle Guinée.

     


    votre commentaire
  •  

    La fourrure fait un retour fracassant

    Fini le boycott. Les créateurs raffolent des peaux

    de vison, crocodile, autruche...et les remettent au goût du jour

     

    Les élevages dominent le marché de la fourrure. Leur production a plus que doublé depuis les années 1990. En 2015, elle a atteint environ 100 millions de peaux – surtout de vison, et de renard dans une moindre mesure. Les trappeurs y ont ajouté des millions de castors, coyotes, ratons laveurs, rats musqués et d’autres animaux sauvages. Sans compter des millions et des millions de bovins, agneaux, lapins, autruches, crocodiles, alligators et caïmans, tués à la fois pour leur viande et leur peau. 

    Naguère attribut de l’élégance bourgeoise hivernale, la fourrure est devenue hip-hop et jeune. Elle s’affiche en toute saison, de toutes les façons : coussins, porte-monnaie, porte-clés, talons aiguilles, sweat-shirts, écharpes, meubles, abat-jour…  


    votre commentaire
  •  

    Zygomatique


    votre commentaire