• Un être de compassion

     

    " La passion est encore ce qui aide le mieux à vivre."

     

     

    Dans le rude univers des Rougeon-Macquart, on n'imagine pas la place

    pour les animaux, et les chats en particulier. Pourtant, Emile Zola (1840-1902)

    avait la passion des chats, et il en mis quelques-uns en scène dans ces

    plus célèbres romans.

    Le rêve secret de l'auteur de Germinal aurait été de rassembler,

    à travers son oeuvre, une véritable arche de Noé, car affirmait-il :

    "Je suis un ami des bêtes et, dans mes livres, j'ai mis la vie totale :

    les bêtes et les hommes." Zola racontait volontiers que lorsque,

    étant jeune écrivain, il vivait dans une chambre parisienne,

     il la partageait avec cinq ou six chats.

     

    Quand le succès lui permis de s'installer en banlieue, à Médan,

     il en eut tout un groupe.

     

     Maison d'Emile Zola à Médan.

    " Les chats, je les aime fort, ils furent mes favoris ", confiait-il.

    On retrouve un reflet de ceux qu'il aima dans plusieurs textes, dont

    Le Paradis des chats, un des nouveaux contes à Ninon, où un chat de

    maison tente de suivre les enseignements d'un matou de gouttière puis

    y renonce, effrayé par le danger extérieur, préfèrant le confort et

    l'assurance d'un repas quotidien à une liberté totale.

     

     

     

    « La lune CLAIR DE LUNE »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :