• Il suffit de se donner la peine .... de

    Tout le monde le prend pour un fou lorsqu'il se met à creuser des trous dans le désert pour y enterrer des feuilles.

    Mais aujourd'hui, le terrain aride s'est changé en forêt

    « À mon échelle, je ne peux pas faire grand-chose », « Mais tout seul que voulez-vous que je fasse ? »… Vous êtes-vous souvent surpris à vous dire que tout seul rien n'est possible ? Et bien sachez que vous êtes capable de faire beaucoup plus que vous ne le pensez.

    Yacouba Sawadogo est une preuve vivante que, même sans l’aide de personne, il est possible d’accomplir de grandes choses… Voici l’histoire de l’homme qui, contre toute attente, a réussi à faire jaillir du désert une forêt verdoyante.

    Nous sommes au milieu des années quatre-vingt dans un village du Burkina Faso nommé Gourga, lorsqu’une terrible sécheresse s’abat sur les terres. Face à cette catastrophe, les habitants du pays se voient forcer de quitter leur terre natale.

    Mais l’un d’entre eux refusa de délaisser le territoire. Vous l’avez deviné, cet homme se nomme Yacouba Sawadogo.

     

    Simple paysan du Sahel, Yacouba a une intuition. Il va ramener l’eau, et la vie qui va avec, dans son village. Muni de sa pioche, Yacouba se met à creuser des trous dans le sol tout sec. 

    Afin de préparer la terre au retour de la pluie, il remplit les trous d’engrais et de détritus. 

     

    Sous l’œil méfiant et moqueur des autres habitants restés malgré tout au village, Yacouba est traité de fou. Bien que blessé par la réaction de ses voisins, il continue malgré tout sa besogne, imperturbable. 

     

    En utilisant une technique ancestrale de culture appelée le « zaï », Yacouba voit juste. Attirées par le fumier, les termites viennent prendre possession des trous et deviennent un réel allié pour l’agriculteur. En effet, les insectes se mettent à creuser des réseaux de galeries souterraines qui s’avéreront très utiles à Yacouba. 

     

     

    Une fois la pluie venue, l’eau reste coincée dans les tunnels des termites, ce qui permet d’humidifier les sols. Grâce à des murets que Yacouba a placés tout autour du potager en devenir, le sol est parfaitement nourri en eau. De là, Yacouba plante des graines dans les trous. 

    Les plantes alimentaires comme le millet et le sorgho, mais également les arbres que Yacouba a plantés, se mettent à pousser. 

     

     

    Les arbres participent aussi à la réussite du projet grâce à leurs composants organiques, leurs racines qui font circuler l’eau mais aussi grâce à l’ombre apportée par leurs feuilles. 

    Le terrain qui devient de plus en plus verdoyant attire la faune. Les oiseaux viennent loger dans les arbres et en font pousser d’autres grâce à leurs déplacements. 

     

     

    Aujourd’hui, le terrain sec de l’époque s’est transformé en forêt luxuriante. En plus d’avoir ramené la Nature dans son village, Yacuba a également multiplié le rendement agricole de Gourga et a même fait remonter la nappe phréatique en retenant l’eau dans le sol. 

    Yacouba est aujourd’hui au cœur des attentions. Après avoir gagné l’attention des agriculteurs du monde entier, un reportage signé France 5, intitulé " L'homme qui arrêta le désert " rend honneur à son projet et sa détermination. 

     Une vidéo à découvrir ci-dessous. 

    https://www.youtube.com/watch?v=lCDsOzcOIf8

    À présent, la méthode zaï est largement enseignée dans la région, ainsi les agriculteurs ont appris à s’adapter aux changements climatiques. 

    Même si vous n’habitez pas dans un désert, on espère que l’histoire de cet homme vous aura redonné confiance en votre potentiel créateur et à la force que vous pouvez déployer lorsque vous croyez en quelque chose. 

     

    « Première rencontreCocooning pour tous »

  • Commentaires

    1
    Marie.claude
    Lundi 18 Septembre à 15:12

    Un bel exploit raconté que l'on prendrait pour une légende tant cela semble extraordinaire. Cet homme est un savant qui aurait dû (cela est peut-être fait) recevoir un prix Nobel. J'avoue n'avoir jamais entendu parler de cela, merci Valou pour cet excellent reportage curieux et instructif.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :